Choisir une huile

Matières grasses : quelle huile choisir ?

Sur le marché, on trouve de nombreuses huiles : olive, tournesol, coco, avocat, noix… Difficile de s’y retrouver !
Quels bienfaits, quels apports ? Bonne ou mauvaise huile ? Pour la cuisson ?
Voici un point sur les huiles les plus courantes, pour vous aider à mieux choisir, en fonction de vos besoins.

Olive :

Huile d'olives

De toutes les huiles, c’est celle que l’on trouve le plus couramment et que l’on utilise le plus fréquemment. Très riche en vitamines A, D, K et E, riche en oméga 9, elle agit sur le mauvais cholestérol et a un effet protecteur contre les maladies cardio-vasculaires. Elle permet de réguler la glycémie, ainsi que le transit.
On la choisit « vierge » ou « vierge extra » et de préférence chez un bon producteur.

Utilisation : Pour la cuisson et en salade. L’huile d’olive est peu sensible à l’oxydation et ne s’altère donc pas à la cuisson.

Colza :

L’huile de colza est une excellente source d’oméga 3. Elle est pauvre en graisses saturées et riche en antioxydants, grâce à la vitamine E qu’elle contient. Si vous voulez prendre soin de vos neurones, cette huile sera une bonne alliée !

Utilisation : on la préfère crue, avec une salade de mâche par exemple. Elle peut se consommer cuite, mais perd certaines de ses vertus.

Coco :

C’est l’huile star du moment ! Elle est pourtant très riche en acides gras saturés. Il faut l’utiliser avec précaution et non en remplacement systématique des huiles traditionnelles.
On la choisit vierge et issue du commerce équitable. Elle est facilement assimilable par notre organisme et très bien absorbée par les intestins.

Utilisation : cette huile supporte particulièrement bien la chaleur. On l’intègre à nos pâtisseries, pour relever le gout et remplacer l’huile ou le beurre. On l’utilisera également pour graisser une poêle avant cuisson.

Avocat :

Et si l’on variait les plaisirs en consommant de l’huile d’avocat ? Très riche en oméga 9, l’huile d’avocat aurait ainsi la particularité d’avoir un effet sur l’insuline et est donc recommandée aux personnes souffrant de diabète de type 2. Son effet régulateur sur la production d’insuline permet à cette huile de se diffuser lentement, et est utile pour éviter les coups de pompes dus à l’hypoglycémie.
L’huile d’avocat contient également des phytostérols aux propriétés anti-inflammatoires.

Utilisation : cuite ou crue. Cette huile supporte bien la cuisson, à condition de ne pas dépasser 250 °C (elle deviendrait alors nocive). Délicieuse pour accompagner vos salades et vos légumineuses, elle est idéalement conditionnée dans une bouteille teintée qui la protège de l’oxydation.

Noix :

Huile de noix
L’huile de noix est aussi une alliée pour un cerveau en bonne santé, puisque cette huile est elle aussi riche en oméga 3 et 6. Elle est également riche en magnésium, en fer, en vitamine E et B. Cette huile est réputée pour prévenir la dépression et certaines démences. On la recommande aux patients souffrants de la maladie d’Alzheimer.

Utilisation : On la consomme crue exclusivement car elle ne supporte pas la cuisson.
Cette huile accompagnera à merveille les salades amères, aux endives par exemple.
Il est important de la conserver bien au frais car elle rancit rapidement.

Pépin de raisins :

C’est une huile très riche en tocophérols, un puissant antioxydant.
Cependant, elle doit être consommée avec modération en raison de sa forte concentration en oméga-6.

Utilisation : On la consomme crue uniquement, accompagnée d’une autre huile pour un bon équilibre et des apports nutritionnels satisfaisants. Cette huile ne supporte pas la cuisson et doit être conservée au réfrigérateur.

Huile de tournesol :

Très riche en oméga 6, l’huile tournesol est à consommer avec modération : hausse du mauvais cholestérol, hausse de la tension artérielle, inflammations diverses, dégradation de la mémoire…

Utilisation : avec un gout très doux, cette huile peut être consommée en salade pour ne pas « masquer » le gout des aliments. Attention, cette huile ne supporte pas bien la cuisson, elle perd toutes ses valeurs nutritionnelles.

Toutes ces huiles possèdent vertus et qualités, c’est une affaire de goût.
Aucune huile n’est interdite, aucune huile n’est à privilégier. Il s’agira de varier les plaisirs. Attention cependant à l’huile de sésame, à consommer lors de vos diners amidon uniquement (un wok de légumes aux nouilles et à l’huile de sésame par exemple) !
Il existe de nombreuses autres huiles sur le marché (soja, pistache, noisette, argan etc…) Ces huiles ont surtout pour but d’apporter un peu de fantaisie à vos plats, et de changer de temps d’assaisonnement ! On peut par exemple utiliser l’huile d’argan en touche pour parfumer un plat traditionnel. Qui relève le défi ?